Ti_Tom's corner

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 15 octobre 2013

Allez voir ailleurs, si j'y suis ?

J'ai décidé de basculer toute la partie "course à pieds" de ce blog vers un autre, dédié (heu, oui, ça fait en gros tous les articles; mais on ne sait jamais).
Mon blog dédié à la course se trouve donc à l'adresse suivante : http://blog.ti-tom.net
Pensez à mettre à jour vos flux RSS !

T.

vendredi 24 février 2012

Mon LiveTwit au #StadeDeFrance

The Beginning 

Tout commence donc, sur twitter, par un message anodin du compte @StadeFrance indiquant que le capitaine de la #teamRCT pour le LiveTwit au #StadeDeFrance sera @ArnaudBecquet. 

Immédiatement, mes poils se redressent comme Szarzewski sous la poussée de la première ligne toulonnaise : Je suis supporter du RCT depuis toujours, les voir évoluer au Stade de France sera un immense plaisir ! Quelques heures plus tard, le challenge est confirmé : Les plus motivés, les plus bruyants, les plus affûtés des twitters supportant le Stade Français Paris et le Rugby Club Toulonnais (5 pour chaque équipe) seront invités par le @StadeDeFrance himself à commenter le match entre ces deux équipes atypiques, en direct depuis une loge dudit stade ! Au programme, Visite privée, repas, loge VIP, équipe de TV pour filmer les débats et chambrage à volonté. 

Tout est dans la jolie vidéo : 


C'est pour moi ça, c'est sur ! Aussitôt, et pendant 10 jours, c'est la course aux messages les plus imaginatifs pour attirer l'attention !

Rapidement, une #TeamRCT se monte et inonde littéralement twitter de messages de soutien ! Nous allons même jusqu'à créer une reprise du Pilou-Pilou (célèbre chant de guerre des supporters toulonnais basé sur des cocotiers et des femmes allaitant). Enfin, "Nous", c'est surtout Sébastien (@slashisback) qui est auteur/compositeur/interprète de cette reprise ! Pendant ce temps là, la célèbre @JessBoniLambert nous concocte un diaporama au petits oignons que vous pouvez trouver sur le blog de @slashisback avec la reprise en question en fond sonore.

Nous nous sommes vraiment amusés à crier notre passion pour le rugby, pour Toulon et son équipe, à chambrer nos adversaires, à provoquer la chance. Notre #TeamRCT est devenue une vraie famille. Les resultats tombent bientôt, 3 membres de la Team auto-proclamée sont retenus par le rigoureux comité de sélection pour participer à l'évènement : @Slashisback, @JessBoniLambert et @Ti_Tom votre serviteur. Nous regrettons la non sélection de nos amies @J_u_l_i_e_G et @choubidou83 et avons eu une pensée amicale pour elles tout au long de la journée !

Pour compléter l'équipe, the twitterman about le RCT, j'ai nommé @parcequetoulon, et bien sûr le capitaine @ArnaudBecquet (grand amateur de boissons gazeuses - Gin Tonic la nuit, Perrier le jour) !

Pour soutenir le Stade Français, sont sélectionnés @ludopoirot, @sf_supporters, @Pierre_B_y, @PRland et @MathildePousseo.

Du beau monde que tout ça ! Rendez-vous est pris, aux aurores, le samedi 18 février devant le #StadeDeFrance ! 

The D-Day

Samedi 18, 10h10
Arrivée au Stade de France ! Emotion garantie. (En passant, j'adore l'arrivée depuis le métro 13, beaucoup plus spéctaculaire que depuis le RER) 

10h15 - Comme prévu, toutes les Teams sont au complet devant la porte J. Enfin presque. Sébastien arrive dès que la RATP le lache. Ludovic peine à trouver le parking (c'est un vrai warrior, il vient des plaines de l'est...) et la moitié de la #temaRCT, drivée par notre hôte Ludo, l'attend avec des petits yeux. La #teamRCT ne s'échappe jamais, et la nuit précédente ils ont patéchapé jusque tard dans la nuit.  Nous observons le ballet de la mise en place des équipes de sécurité et tout le virage des dieux qui amène son matériel musical. Il y a aussi de nombreux compités régionaux qui ont été invités avec plein de beaux messieurs costard-cravatés. Niveau look, ils ne font pas du tout le poids ! 

10h45 - Nous enfilons les bracelets magiques, empoignons les invitations et nous préparons à entrer dans le stade. C'est compter sans le zèle du service de sécurité ! Il faudra à l'équipe du Stade de France (un grand merci à eux pour leur patience et leur amabilité tout au long de la journée) beaucoup de talents de négociations pour que nuis puissions franchir les grille mythiques. 

11h00 - Nous suivons la merveilleuse Gaëlle jusqu'au bout du mondedans les méandres du Stade de France. Dans une saine ambiance de franche camaraderie et de chambrage permanent, nous accédons à ces endroits secrets : Ceux où on ne veut pas aller un jour de match (l'hôpital, l'escalier SP - Service Prioritaire), ceux où on aimerait bien aller plus souvent (Le vestiaire des pompom-grirls Le local d'arrivée du ballon), et bien entendu les vestiaires, rendus célèbres pour avoir abrité l'équipe de France de football 1998 (et il faut savoir que l'équipe de France était visiteuse ce jour là, un comble !)
Nous nous sommes arrêtés devant le vestiaire de l'équipe "Domicile" : 


Avant d'aller nous recueillir dans le vestiaire des futurs vainqueurs (du moins l'espérions-nous, à la #TeamRCT) :


Anecdote : Il y avait UN costume dans le vestiaire du #RCT. Je suppose que c'est celui de Jonny, déja en train de s'entrainer à 11h du matin face au perche. S'il aurait su, il aurait pas venu et aurait vidé les bières du frigo ! 

Point d'orgue de la visite, nous pénétrons sur le pelouse du Stade de France par le tunnel reservé aux joueurs. Gaëlle manque de se faire renverser par un bolide, une voiture à pédale qui s'entraine pour l'animation d'avant match et atteint la vitesse ahurissante de 1 Palisson virgule 3 (ca va vite, ça fait à peu près 1 Matanavu). 

Les #teams posent avec tranquilité devant les objectifs des paparazzi venus mitrailler la fameuse équipe de twittos du RCT, devenue célèbre et pas que dans les bars de St Lazare ! 

La #teamSF, composée de @ludopoirot, @Pierre_B_y, @SF_Supporters, @PRLand et @MathildePousseo (excusée, elle achetait des collants)

La #teamRCT composée de @JessBoniLambert, @SlashisBack, @ti_tom, @ArnaudBequet et @ParcequeToulon

12h00 - C'est l'heure de la 3ème mi-temps (hahaha, vous l'avez déjà lue sur les autres billets, mais quand même ! Nanméo ! )

La troisième mi-temps est donc la célèbre brasserie qui fait face au Stade de France. On y mange un excellent hamburger au Maroiles pour les plus aventureux, déguste quelques bières/Ricards/Perriers (?!) et surtout, on apprend à mieux se connaitre. L'ambiance est très décontractée, d'autant qu'on a décidé de ne se parler que par tweets interposés sur nos smartphones (nan, j'déconne, mais quand même on faisait un peu autistes). 

13h30 - On rigole bien et le temps passe vite, il est temps de tenter de franchir à nouveau les contrôles des cerbères du Stade de France pour rejoindre NOTRE LOGE ! Cela ne nous prendra qu'un quart d'heure, où l'on se rendra compte qu'être responsable de la communication du Stade de France ne vous donne pas de passe droit pour franchir les grilles ! 

Un dernier ascenseur, et nous voila enfin chez nous, loge 128, 30 mètres carrés de luxe, remplie de petits fours et de champagne, une équipe de TV pour enregistrer nos réactions et pronostics, un écran géant pour suivre le LiveTweet... On peut dire que le Stade de France sait recevoir ! 

La #teamRCT, bien élevée, fera honneur à ces préparatifs ! 

On installe notre matériel, on se chambre de plus en plus (un peu trop facile quand même : Djibril Camara ! ), on échange nos pronostics, on se photographie et re-photographie... Un grand moment de convivialité et de partage. 

Sur la pelouse, le spectacle commence, courses de voitures, démonstrations de capoeira, dames dévêtues, on commence à y être habitués avec @maxguazzini (et quand tu veux tu réponds à Ludo, les supporters parisiens ont besoin de toi !), mais pour nous l'important est ailleurs : Il est là, dans ces échanges bon enfant, dans cette joie simple de vivre un évènement important et de le partager, dans ces émotions toujours renouvelée que nous procure un match de rugby, en loge ou en pesage; dans la passion mise à encourager son équipe; dans le respect de ses "adversaires" qui ne sont que des copains.

16h15 - Le LiveTweet du match ne sera vraiment qu'un pretexte pour échanger tout au long de la rencontre, sa fin à suspense sera un vrai régal pour tous qui pourrons vivre la perte de contrôle de Sebastien (et surtout pour le caméraman qui n'en ratera pas une miette, voir la chaine Youtube du Stade de France pour vous en convaincre !)

Le match nul, bien que frustrant pour les parisiens, est un épilogue parfait à cette journée. Ce samedi , personne ne pouvait perdre au Stade de France ! 

18h30 - Nous trainons dans la loge, personne ne veut vraiment que cette journée se finisse ! L'équipe du Stade de France nous offre un souvenir de cette journée, tous le monde se dit au revoir. Finalement, au moment de nous séparer devant le stade, une guest star sort en même temps que nous. Vous savez comme le président du RCT, Mourad Boudjellal, est aimé de tous ;-) Nous avons donc le plaisir de clore cette journée avec une photo des deux Teams l'entourant devant le stade de France, comme un symbole que le rugby, c'est surtout ça : Des différences, mais surtout de la tolérance et le plaisir du partage. 

Et alors, cette journée ? 

Elle fût incroyable. Plein d'émotions, de rires, de partage. Des journées comme on a rarement la chance de vivre. Des relations humaines avant tout, des rencontres. L'opération orchestrée par le Stade de France est une superbe vitrine pour le rugby, et pour les interfaces magiques qui peuvent exister entre le monde du sport et celui des réseaux sociaux. 

C'est la passion pour le rugby qui nous as réunis, mais tout ceci n'a été possible que parce que Twitter nous a permis de nous rencontrer, d'échanger, et de passer du statut de supporter à celui de #Team. 

Possible aussi grâce à la passion de deux équipes, celle du Stade de France et celle de Human Inside que je souhaite ici remercier chaleureusement. Merci totu particulièrement à Ludo (@ludodelaherche), le grand instigateur de cette journée. Tu es au top. 

Merci aux deux Teams bien sur (suivez-les sur twitter ils sont géniaux): 

#TeamSF

@ludopoirot

@Pierre_B_y : Son article sur la journée : Ici

@SF_Supporters

@PRLand : Son article sur la journée : Ici 

@MathildePousseo


#TeamRCT

@JessBoniLambert : Son article : Ici (un roman photo à venir)

@SlashisBack : Son article :

@ti_tom : Mon article vous y êtes, mes photos : ici

@ArnaudBequet et @ParcequeToulon : Leur article est


Bravo à tous et VIVE LE RUGBY ! 

jeudi 23 février 2012

Twitter - #BatailleDeHashTags

C'est quoi qu'est-ce, twitter ? Et une "Twitt'Battle" ?

Si vous ne comprenez rien au titre de ce billet, vous n'êtes pas adepte de twitter
Un petit rappel donc du fonctionnement du réseau social à l'oiseau bleu (Si vous connaissez déjà, ou si vous vous en fichez comme Bastareaud de son premier hamburger, passez directement au billet suivant, vous n'apprendrez rien de nouveau ici). 

Twitter est un réseau social qui se différencie de Facebook (entre autres) par deux partis pris importants : 
  • Tout ce que vous écrivez sur ce réseau est public
  • Les messages sont limités à des textes de 140 caractères
  • (Et surtout parce que c'est bien mieux que Facebook, c'est tout)

Pour se constituer un "groupe d'amis" sur twitter, il suffit donc de repérer les personnes qui parlent de sujets qui vous intéressent, et de vous "abonner" à leur prose, c'est à dire demander à twitter de vous afficher tout ce que racontent ces gens; il n'y a pas besoin d'autorisation pour ça (tout est public j'ai dit, il faut suivre un peu).
L'endroit où Twitter vous affiche tous ces beaux messages, on appelle ça la "TimeLine" (parce que les messages sont rangés en ordre chronologique. C'est subtil twitter).
Les gens auxquels on est abonné, on appelle ça des "following". Ceux qui s'abonnent à vous, ce sont les "followers", votre public en quelque sorte.
La TimeLine, c'est sympa, ça occupe agréablement le temps, mais il faut bien le dire, c'est un peu comme un ruck Irlandais, un sacré bordel. Les messages pertinents sur les sujets qu'on aime (moi, c'est surtout le rugby sur twitter) sont noyés au milieu d'une avalanche de photos de la neige, des indications passionnantes sur le menu de vos chers followings et de jeux de mots plus ou moins vaseux. Il y a donc des mécanismes pour tirer de cet amas la substantifique moelle :

  • Pour alerter un membre du réseau que vous vous adressez spécifiquement à lui, il faut le mentioner, c'est à dire mettre dans les 140 caractères du message son nom d'utilisateur. Ce nom commence toujours par un @ et le mien, c'est @Ti_Tom ! (Mentionnez-moi, j'aime ça !).
  • Pour indiquer que l'on traite d'un sujet en particulier, on utilise un #hashtag, c'est à dire un mot clé avec le hash devant (le signe dièse bande de drogués !). On peut ainsi faire des recherches sur les mots clés, par exemple essayez de chercher #RugbySongs, c'est rigolo. 

Vous avez maintenant toutes les clés pour comprendre la Twitt'Battle, cet évènement incroyable qui s'est déroulé samedi dernier au #StadeDeFrance (c'est un mot clé, bravo, vous gagnez une nuit avec Bastareaud si vous êtes une table de chevet, avec Zahia si vous êtes un footballeur, et avec @OvaleMasque si vous êtes une dame bien élevée).
Une Twitt'Battle, c'est un combat d'éloquence, une guerre sans merci à qui trouvera le meilleur jeu de mot, montrera le plus sa passion, saura taper plus vite sur son clavier que Bakkies Botha sur Pascal Papé. Le but avoué est de mettre le plus de messages comportant le #HashTag que vous supportez dans les TimeLines des gens. De préférence, des messages en rapport avec le sujet ;-) Autour d'un mot clé donné, les participants s'affrontent pour la gloire et le titre de meilleur LiveTwitter de la galaxie. 
Un LiveTwit (LT pour les intimes) consiste à enchainer les tweets sur un évènement en direct, le plus souvent devant la télé, mais pas que, comme va le prouver avec brio la suite de cet article, "Mon LT au #StadeDeFrance" ! Sans vouloir vous dévoiler la fin, l'infographie ci-dessus peut vous donner un indice du vainqueur !

mardi 21 février 2012

Ho. Non. Toi aussi tu blogues ?

Puisqu'il faut un début à tout, moi aussi je m'y mets !

Hé, quoi, après tant d'années à évoluer avec l'internet, à tchater dans les IRC, skyper, facebooker un peu et bien sur twitter.... 

Après avoir dépanné mille copains pour créer et maintenir leur blog, leur site - "Toi qui t'y connais en informatique...."

Après avoir hésité "Je n'ai rien à dire; Je ne sais pas écrire; tout le monde s'en fout de ma vie"

Voici donc mon tout premier billet. Je n'ai pas la moindre idée du rythme de publication que je pourrais tenir. Ni de la direction que prendra ce blog. Les premiers temps, je ne vais m'imposer aucune contrainte. J'écrirai sur ce que je veux, quand je veux. Bien sûr, il y a mes sujets de prédilection : Le rugby et tout le sport; la photo; ma famille; les voyages; mon métier et ma vie professionelle; les réseaux sociaux et surtout twitter...  Voila une bonne baseline pour commencer, sans que ceci ne soit limitatif. Ni que je me décide à parler de tout. On verra bien. 

Alors, pourquoi se lancer aujourd'hui ?

Pour devenir célèbre et accéder aux events spécial bloggers pardi ! 
Pour faire fortune ! 

En premier lieu, parce que j'ai vécu un évènement vraiment super sympa samedi dernier (ce sera dans un second billet, bande d'impatients!) et que cet évènement a, pour la première fois, pris forme uniquement grace à ma "vie numérique". Et cet évènement, je ne sais pas où en parler. Car ma "vie numérique" et ma "vie réelle" sont très disjointes. J'échange quotidiennement avec beaucoup de personnes sur twitter, tout particulièrement autour du rugby (mais pas que), et je n'en connais qu'une infime partie. D'un autre côté, les gens que je côtoie tous les jours, famille, collègues et amis, ne participent que peu à mes échanges numériques, et sont étonnés du temps que je peux y consacrer. Finalement, j'ai besoin d'un endroit ou je puisse partager ce genre de choses, à froid, et en plus de 140 caractères. C'est à ça que je destine ce blog : créer des passerelles entre mes différentes vies. Mes photos vont quitter les sombres recoins de mes disques durs pour vous atteindre. Mes coups de gueule numériques pourront être plus étayés qu'un tweet rageur, accessibles à plus de personnes aussi, des personnes différentes, pour des échanges toujours plus enrichissants. Mon petit coin d'internet personnel, où je publie ce que je veux, sans contraintes, pour le plaisir simple du partage. Ti_Tom's corner !

Trêve de digressions, je vous souhaite une bonne lecture, n'hésitez surtout pas à me faire part de vos remarques, commentaires et idées ! 

A très bientôt pour de nouveaux échanges ! 

t.